détroquage d'huîtres

Débouchés professionnels du parcours AQUADURA

Devenir des diplômés du parcours AQUADURA (BAEMT)

Cette formation est un master professionnalisant qui permet d’entrer sur le marché du travail directement après l’obtention du diplôme.

La continuation en thèse est très marginale et se réalise surtout das les domaines de R&D ou sur des thématiques de gestion intégrée.

Recruteurs visés par ce parcours

Débouchés professionnels dans les branches de la production et de l’exploitation durables des bioressources aquatiques :

  • Le syndicat français de l’Aquaculture Marine et Nouvelle (SFAM)
  • Fédération nationale de la pêche en France
  • Fédération Française d‘Aquaculture
  • Centres techniques professionnels aquacoles et de la pêche
  • Syndicat National des Espaces de Loisirs, d’Attractions et Culturels (qui comprend les aquariums)
  • Les EPIC : CIRAD, IFREMER, INRAE, etc.
  • Les bureaux d’études spécialisés dans les bioressources aquatiques : P2A, EGIS-Eau, etc.

Exemples de métiers (Code ROME)

  • A1404– Aquaculture (Algoculteur, Aquaculteur, Astaciculteur, Chef d’exploitation aquacole, Conchyliculteur, Crustaciculteur, Echiniculteur, Mytiliculteur, Ostréiculteur, Pectiniculteur, Pisciculteur, Salmoniculteur, Truiticulteur, Vénériculteur) ;
  • H1206 – Management et Ingénieur / Ingénieure agronome en études, recherche et développement (Ingénieur biologiste en industrie, Ingénierie études, recherche et développement industriel) ;
  • A1301 – Conseil et assistance technique en agriculture (Conseiller agricole ; Technicien d’agriculture ; Technicien de production animale ; Technicien d’élevage) ;
  • A1302 – Contrôle et diagnostic technique en agriculture (Agente technique agricole ; Agente technique d’élevage ; Contrôleuse de performance) ;
  • A1303 – Ingénierie en agriculture et environnement naturel (Bio-ingénieur ; Chargé de mission en agriculture ; Chargé de recherche en agriculture ; Chargée d’études agricoles ; Chargée d’études économiques en agriculture ; Chargée d’études en développement agricole ; Chargé / Chargée d’études environnement ; Expérimentateur en agriculture ; Expert en aquaculture ; Ingénieur / Ingénieure agro-halieute ; Ingénieur / Ingénieure agronome ; Ingénieur / Ingénieure des eaux et forêts ; Ingénieur / Ingénieure halieute).

Témoignages et conseils d’anciens diplômés insérés

Fabien Noel : Chef de projet Halieutique
Questions (PDF)

Benoit Leterrier : Chargé d’étude R&D chez Greensea
Quelques questions (PDF)

Sébastien Vernet : Responsable d’un site de production aquacole
Sébastien-Vernet- responsable-site-production

Bilan global d’insertion

Le bilan global de l’insertion des diplômés de 2005 à 2007* est de 84 % en emploi dans le domaine des bioressources aquatiques (21% en CDI et 63 % en CDD), 8 % en formation complémentaire et 8 % à la recherche d’emploi.

Les fonctions dans le domaine de la production durable des bioressources aquatiques sont soit des missions d’interfaces soit des missions spécifiques concernant la gestion d’unités de production (écloserie, grossissement…) de service Hygiène/Qualité/Sécurité, ou le travail dans des organismes certificateurs.

Le domaine de la gestion des écosystèmes aquatiques exploités implique des porteurs de projet dans des associations, des organismes publics ou territoriaux, ou des entreprises.

Le domaine R&D concerne principalement des postes d’assistant ingénieurs ou ingénieurs d’étude dans des laboratoires privés (i.e. recherche appliquée sur des molécules d’intérêt pour la production et la valorisation) ou des organismes de recherche (IFREMER, CIRAD, IRD…).

Les secteurs visés sont ceux des organisations professionnelles ou de l’administration des pêches et de l’aquaculture, de la valorisation et du négoce international des produits de la mer.

L’insertion se fait beaucoup à l’échelle nationale mais aussi internationale (DOM-TOM, Amérique du Sud, Afrique, Indonésie).

*taux de réponse de 80%

Documents téléchargeables

Photo : Ouvrière d’un mas conchylicole à Loupian en train de faire du détroquage d’huîtres.